Génération Identitaire

Nos victoires

En 2014, alors que le terme « remigration » était inexistant dans le débat public, les jeunes identitaires s’en emparent au travers d’une série d’initiatives constructives. En novembre, les Identitaires lancent Les Assises de la remigration. Un livre, sorti aux éditions IDées, présente « 30 mesures pour une politique d’identité et de remigration » afin de lutter efficacement contre l’immigration-invasion. Abrogation du droit du sol et du regroupement familial, mise en place d’un Fonds d’aide au retour, exclusivité des aides sociales et des logements sociaux aux nationaux et ressortissants européens, création d’un haut-commissariat à la remigration… Grâce à la pugnacité des militants de Génération identitaire, le terme « remigration » est aujourd’hui incontournable.

En 2014, nous étions les premiers à réclamer la déchéance de nationalité pour les binationaux partis faire le djihad en Syrie. Par la suite, la proposition a été reprise par le Front national, les Républicains et Manuel Valls. À son tour, le président François Hollande, se dit partisan de la déchéance de nationalité suite aux attentats du Bataclan.

En 2018, le soir même de l’opération Defend Europe au col de l’Échelle, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb annonce l’envoi de renforts de police à la frontière franco-italienne pour empêcher des immigrés clandestins de rentrer en France. Génération identitaire fait ainsi la preuve de son rayonnement et de son influence.

En juin 2020, après huit ans d’acharnement judiciaire, les cinq militants de Génération identitaires arrêtés suite à l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers sont enfin relaxés !

Le 13 juin 2020, place de la République, l’action où la banderole « Justice pour les victimes du racisme anti-blanc » été déployée a cassé la dynamique du comité Adama et révélé la haine de ses membres. De plus, elle a permis de replacer cette réalité dans le paysage médiatique : quelques jours après notre action, un sondage IFOP révèle qu’il y a plus de Français croyant en l’existence du racisme anti-Blanc que de Français niant cette réalité.

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.